Ingénierie du réel : le futur devenu réalité!

Ingénérie du réel

Les techniques de monitoring existantes n’ont pas vraiment été conçues pour tenir compte du facteur «temps». On le sait, les cycles temporels, comme le jour et la nuit, les saisons, les charges de service… marquent une structure de leur empreinte répétitive. Ces cycles présentent des périodes pouvant s’étendre d’une fraction de seconde à plusieurs années et sont souvent superposés.

Le système OSMOS a réussi pour la première fois à créer les conditions permettant un diagnostic complet et continu des structures : car le système OSMOS Canada enregistre toute l’histoire d’un bâtiment et permet ainsi une observation globale. Ceci est rendu possible grâce à la saisie permanente des cycles de charges statiques et dynamiques, contraintes, déformations ou déplacements. Même en cas de pannes de courant, la référence n’est pas perdue grâce à la référence intégrée, de sorte que les données peuvent continuer à être enregistrées correctement dès que le système est relancé.

Les mesures ponctuelles sur les édifices fournissent des données à des moments qui peuvent sembler importants. Sur la base de prélèvements aléatoires de données, on obtient des informations susceptibles de comporter de nombreuses erreurs. Aussi ce moyen de saisir des données n’est-il pas approprié pour obtenir des pronostics fiables sur le comportement de la structure. La connaissance de l’histoire complète de la structure permet la détection et l’analyse des événements cycliques. Elle permet en outre une meilleure appréciation des données prélevées. Au fur et à mesure de l’observation, le bénéfice de ces connaissances augmente pour l’exploitant grâce à un effet continu d’apprentissage.

Une prévision documentée du comportement et ainsi une évaluation exacte des risques deviennent possibles avec précision. La perception de la structure est objectivée. Le monitoring continu, c’est l’ingénierie du réel.

ingénierie

ingénierie